Bernard FRAU répond à la FCPE

Mr S. LEGER Président FCPE 76

15, rue de Fontenelle BP 187

76003 ROUEN Cedex 2   

Pinterville le 21 02 2010 

Objet :  votre courrier du 28 janvier 2010

Monsieur le Président, 

J’ai bien reçu en son temps le courrier dans lequel vous avez bien voulu exposer les attentes de votre organisation à propos des questions éducatives et scolaires, j’y réponds bien volontiers. 

D’abord s’agissant de justice et d’égalité en Haute-Normandie il nous a semblé que  la taille de notre Région pouvait avoir une influence majeure tant pour les questions éducatives et scolaire que pour toutes les autres. C’est pourquoi, la liste que je conduis pour cette élection régionale, s’est positionnée sans ambiguïté pour la réunification immédiate de la Haute et de
la Basse Normandie. 

Mutualisant ainsi les moyens humains et financiers consacrés par les deux actuelles entités nous estimons pouvoir apporter une contribution plus efficace aux rattrapages nécessaire qui doivent être effectués. 

Ensuite,  pour atteindre nos objectifs de répondre mieux aux besoins des habitants de la Normandie nous estimons nécessaire de modifier la gouvernance régionale

Conçue pour définir et conduire des stratégies concertées et adaptées à la personnalité globale du territoire,  au delà des pouvoirs réglementaires qui lui sont dévolus nous entendons que la Région mobilise le pouvoir de conviction de ses élus et devienne un lieu d’élaboration du pacte social. 

En particulier nous serons attentifs à ce que les stratégies régionales soient définies avec les acteurs concernés et nous ferons du Comité économique et social le lieu de l’ultime négociation entre les différentes composantes de la société régionale normande. 

Enfin parce que nous ne souhaitons pas que notre région prenne du retard par rapport aux grandes mutations à venir, nous doterons notre conseil régional d’un espace ouvert  où seront élaborés les objectifs adaptés aux besoins actuels et futurs, le schéma prévisionnel des formations et les plans de développement des filières de l’enseignement supérieur. Ces objectifs seront évalués et réactualisés annuellement. Des assises « formation » seront réunies dès 2010 pour tracer les orientations. 

Concernant l’égalité des chances, parce que nous savons que d’un point de vue général celle-ci ne serait qu’un concept vide de sens, si en amont une attention particulière n’y était portée dès les premiers moments d’éveil dans les classes maternelles, nous engagerons, une évaluation des besoins pour permettre à la Région d’apporter son soutien aux collectivités locales qui s’engageraient à ses côtés. 

Votre courrier appelle plus concrètement l’attention sur le principe de gratuité inscrit dans notre constitution. Nous partageons le point de vue de votre organisation et considérons qu’il est temps que notre Région instaure le principe de la gratuité des manuels scolaires. 

De même nous pensons que pour les transports scolaires la gratuité est une réponse qui aurait déjà du s’imposer. 

S’il nous paraît important de procéder à la revalorisation des filières technologiques et professionnelles nous pensons qu’il est tout aussi important de ne pas oublier les filières culture, santé, économie sociale, agriculture raisonnée et sciences de la nature

Si la nécessité d’une meilleure répartition géographique des filières sur l’ensemble du territoire semble frappée au coin du bon sens, elle peut néanmoins dans certains cas se heurter à des limites en matière d’investissements. 

Par contre nous partageons l’idée que le Département de l’Eure doit  être pourvu en matière de formation post bac. 

Enfin sur la question de la présence de votre organisation au sein du Conseil Economique et Social, il me paraît tout à fait logique que celle-ci soit permanente, comme il me semble logique que cette présence permanente ne soit pas génératrice d’exclusion pour les  autres organisations de parents d’élèves. Aussi dans un souci de dépasser les antagonismes et de favoriser plutôt les conditions d’une prise en compte de toutes les sensibilités je suis favorable à l’idée que les parents d’élèves puissent bénéficier de trois représentants permanents au CESR. 

Espérant avoir répondu à l’ensemble des points abordés dans votre courrier et,  si vous le souhaitez, restant à votre disposition pour une rencontre, je vous prie de croire, Monsieur le Président, à l’expression de mes sentiments les meilleurs et les plus républicains. 

     Bernard FRAU 

Laisser un commentaire